mobirise.com

DÉCEMBRE 2016

La Fondation Charles de Gaulle. Transmettre la mémoire de « l’Homme du 18 Juin »

par Olivier MENUT

A l’occasion du référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation, qui intervenait un an à peine après le désordre social et institutionnel de mai 1968, le général de Gaulle déclarait en avril 1969, que « De la réponse que fera le pays va dépendre évidemment soit la continuation de mon mandat, soit aussitôt mon départ » puis « Si je suis désavoué par une majorité d'entre vous, je cesserai aussitôt d'exercer mes fonctions... Si au contraire je reçois la preuve de votre confiance, je poursuivrai mon mandat jusqu'à son terme régulier en 1972 ».

On connait la suite et l’esprit « gaulois » des français, le 27 avril 1969, le « Non » l’emportait à 52,5 % et fidèle à son engagement comme il l’avait toujours été…

Le général de Gaulle déclarait le lendemain du référendum, soit le 28 avril 1969 : « Je cesse d'exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi » et du 12 mai au 19 juin 1969, le général et « tante Yvonne » partaient en retraite en Irlande pour ne plus jamais revenir en politique française jusqu’à sa mort, à Colombey-Les-Deux-Eglises le 2 novembre 1970, soit 554 jours après sa seule défaite…

Le général et Yvonne de Gaulle - Irlande 1969


C’est dans ce mélodrame politico-historique que Pierre Lefranc - l’un des premiers manifestants contre les nazis sur les champs Elysées le 20 juin 1940, au cours de laquelle il sera blessé par une grande et arrêté, puis à peine libéré fondateur du réseau « Résistant Liberté – que le général accepte la proposition de son ancien compagnon de la France Libre, grand-croix de la Légion d’honneur, de créer un centre de documentation et de recherches sur le général de Gaulle.

Le choix du général se porte sur un Institut, association privée régie par les dispositions de la loi de 1901, afin de donner à cet organisme une forme juridique indépendantes des partis. Et le 20 février 1970, soit 9 ans avant sa mort, le général arrête lui-même la liste des fondateurs.

Présidé par son ancien ministre de la culture, André Malraux (1901-1976), puis par le ministre et ambassadeur Gaston Palewski (1901-1984) et enfin par le diplomate et compagnon Geoffroy Chodron de Courcel (1912-1992) l’Institut Charles de Gaulle est animé jusqu’en 1991 par le secrétaire général et vice-président Pierre Lefranc.

Malraux, G. Palewski, G. de Courcel et Pierre Lefranc (Institut Charles de Gaulle) 


En septembre 1991, afin de pérenniser l’action de l’Institut Charles de Gaulle ainsi que de garantir son indépendance financière, l’Institut donne naissance, sans pour autant disparaître, à une Fondation.

C’est à nouveau Pierre Lefranc, qui négociera auprès du gouvernement de Michel Rocard, à l’époque premier ministre de François Mitterrand, l’attribution d’une dotation de l’Etat permettant l’établissement de la « Fondation Charles de Gaulle » reconnue d’utilité publique par décret du 22 septembre 1992.

A partir de cette époque, la Fondation et Institut Charles de Gaulle, seront successivement dirigés par le général Jean Simon (1912-2003), Pierre Messmer (1916-2007), Jean Foyer (1921-2008) (conjointement avec l’amiral Debray), Yves Guéna (1922-2016) et Pierre Mazeaud mais cette dualité prend fin en 2005, la fusion entre l’Institut et la Fondation étant effectuée à cette époque afin de simplifier les structures administratives.

Jean Simon, Pierre Messmer, Jean Foyer et Yves Guéna et pierre Mazeaud (Institut et Fondation C. de Gaulle)



« De Gaulle-Adenauer : les bâtisseurs de l’amitié franco-allemande ». Exposition itinérante de la Fondation Charles de Gaulle.
A compter de cette « fusion » et fidèle à la mission assignée à la Fondation Charles de Gaulle et à l’Institut du même nom, l’objectif premier de cette institution sera de : « servir la mémoire du général de Gaulle, de faire connaître, tant en France qu’à l’étranger, l’exemple qu’il a donné et les enseignements qu’il a laissés par ses actions et par ses écrits pour la défense des valeurs qui sont le patrimoine commun des Français ». Un vrai travail de mémoire donc.

Fort de cette belle mission, la Fondation deviendra rapidement l’une des références historique en matière de recherche et de conservation de tous documents écrits ou audiovisuels, témoignant des actions, discours et écrits du général.

Dans le même état d’esprit la Fondation édite des ouvrages ou des périodiques, organise des conférences et exposition à la mémoire du « Général » et remet un prix d’histoire « Prix de la Fondation Charles de Gaulle » doté de 1.000 euros et prend en charge la publication aux éditions du Nouveau Monde.

L’action de la Fondation s’inscrit également dans une perspective mémorielle et participe à ce titre aux grandes commémorations gaulliennes en France et à l’étranger et s’attache à conserver et à ouvrir au public les « lieux de mémoire » gaulliens telle que Colombey-les-deux-églises ou a vécu jusqu’à à la fin de sa vie le général de Gaulle.

Mais le premier objectif de la Fondation et d’inscrire l’héritage du général de Gaulle dans l’avenir et de les associer aux préoccupations les plus contemporaines, notamment dans les pays où l’action de Charles de Gaulle a particulièrement marqué les esprits.

Actualiser l’action du Général dans les pays qu’il a marqué de son empreinte n’est-ce pas en définitive, être au service de la France ?

C’est en tout cas dans cette dynamique que s’est inscrit Jacques Godfrain, ancien ministre de la Coopération et nouveau président du Conseil de la Fondation, élu le 18 février 2011 notamment par le développement d’un nouveau blog internet et la mise en ligne d’archives vidéo en partenariat avec l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) sur le général de Gaulle et qui est sans doute unique au monde ! http://fresques.ina.fr/de-gaulle/accueil

J’ai également eu l’honneur de rencontrer Michel Anfrol, président depuis 1992, des « Amis de la Fondation Charles de Gaulle ». Cet ancien journaliste, véritable puits de science sur l’histoire du général de Gaulle et non dénué d’un certain humour, a pour mission en sa qualité de Président des « Amis de la Fondation » de permettre à tous ceux qui le souhaitent de s’informer de manière conviviale sur l’action du général de Gaulle. Les « Amis de la Fondation Charles de Gaulle » soutiennent et développent notamment le rayonnement des actions de la Fondation Charles de Gaulle et organisent des diners-débats, des voyages historiques en France et à l’étranger ainsi que des visites commentées. 
Je ne suis pas prêt d’oublier ce rendez-vous en mars 2016 avec le Président Michel Anfrol, dans son bureau de l’immeuble du 5 rue de Solférino à Paris ou se tenait le siège de la Fondation et ancien siège du RPF (Rassemblement du Peuple Français) parti politique créé et dirigé par le général de Gaulle de 1947 à 1955 puis qui servi de bureau privé du général jusqu’en 1958.
Au cours d’un rendez-vous d’une heure, j’ai pu assister à un véritable témoignage vivant de ce conteur inégalable, sur un homme extraordinaire : le général de Gaulle, devant lequel je me mettais – dixit mes parents - dans un « garde à vous » impeccable avec un salut militaire, chaque fois que je le voyais dans le poste noir et blanc familiale, et ce à peine âgé de 5 ans !

Jacques Godfrain Président de la Fondation Charles de Gaulle, Michel Anfrol Président des Amis de la Fondation Charles de Gaulle et la façade du 5 rue de Solferino, à côté du Palais de Salm qui abrite à Paris la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur. Hauts lieus de l’histoire française.


Reconnue d'utilité publique par le décret du 22 septembre 1992 et gardienne de la mémoire gaullienne la Fondation Charles de Gaulle accueille tous les dons, y compris les plus modestes pour entretenir les lieux historiques du général et tous documents s’y rapportant. Elle est habilitées a délivrer des reçus fiscaux aux donateurs en écrivant à : Fondation Charles de Gaulle 5 rue de Solferino 75007 Paris (France), ou par téléphone : +331 44 18 66 77. Le site internet de la Fondation invite lui-même a un fantastique voyage dans l’Histoire de l’Homme du 18 Juin…

http://www.charles-de-gaulle.org/

Carte de membre N°3214 des « Amis de la Fondation Charles de Gaulle » de l’auteur , insigne du RPF parti politique fondé et dirigé par le général de Gaulle en 1947 dont le siège et le bureau du général était sis au 5 rue de Solferino, actuel siège de la Fondation Charles de Gaulle.


Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter