Mobirise

NOVEMBRE 2016

« Transnistrie – Le Poids des Empires », la théorie des « Petits dominos » d’Inna Brisset

par Bertrand BRISSET

Inna BRISSET est née en 1968 dans l'ex-URSS et a vécu en République socialiste soviétique de Moldavie. Bilingue français-russe, elle est titulaire d'un diplôme de professeur de français langue étrangère de l'Université d'Odessa (1991 - Ukraine) ainsi que d'une Maîtrise de langue, culture et communication russe de l'Université de Lille 3 (2009 - France).

 

Lors de son année de Mémoire de Maîtrise en 2009 elle avait développé l'histoire de la Transnistrie « Transnistrie – Le Poids des Empires ». Elle avait expliqué par le biais historique la complexité actuelle de la région transnistrienne, en quoi l'ancienne « Podolia » ukrainienne avait-elle toujours été un lieu stratégique des grands Empires, que ce soit à cause du débouché du Dniestr sur la Mer noire, lieu stratégique de pénétration, d'invasion à travers les terres notamment via l'autre rive de Bessarabie, voire, encore, lieu stratégique de glacis protecteur.


En fait, lieu de partage, de batailles notamment entre les anciens Empires tsaristes russe et ottoman avant de devenir un enjeu géostratégique soviétique. Inna BRISSET nous fait donc revivre la grande histoire des siècles passés des grandes nations par le prisme d'un tout petit territoire mais qui focalise à lui-seul l'ensemble des enjeux passés.

Inna BRISSET poursuit son analyse via l'autonomie (non reconnue à ce jour) de la Transnistrie suivant la guerre civile moldave engendrée par la fracture au sein de l'URSS en 1991. Il est évident qu'au vu de la complexité de cette région, il semble difficile d'en comprendre son présent sans connaître son passé, d'où l'importance historique initiale.


Inna BRISSET extrapole la problématique de la Transnistrie à beaucoup de territoires qui firent sécession à la chute de l'URSS des Etats dans lesquels ils s'étaient retrouvés attachés (Abkhazie en Georgie, revendication autonomiste gagaouze en Moldavie, prémisses de fractures en Ukraine, etc...). A l'époque de la chute de l'URSS, les médias avaient employé l'image juste mais simple des « dominos » qui tombent et s'emportent les uns les autres dans leur chute. Inna BRISSET reprend cette image mais l'adapte à ces petits territoires en développant la thèse des « PETITS DOMINOS ».


La thèse est la suivante, « Si, globalement, la chute des grands dominos s'est effectuée sans heurts particuliers et souvent dans le même sens, à l'inverse, la chute des petits dominos s'est souvent effectué dans la douleur de conflits, de guerres civiles et, souvent, à l'inverse de la chute du grand domino auxquels ils appartenaient au moment de leur chute commune en 1991 ». Elle donne l'exemple de micros-états qui souhaitaient conserver des relations, un rattachement avec la Fédération de Russie ou d'autres micros-états qui profitaient du climat ambiant pour réclamer plus d'autonomie. 


En aucun cas Inna BRISSET ne prend fait et cause de quelque manière que ce soit. Son analyse est historique, sociologique et géopolitique, elle-même restant le plus neutre possible. La soutenance de son Mémoire lui a valu la note de 15/20. Par là-suite, ce Mémoire a été retravaillé sur une forme tout public afin d'être publié. On peut trouver son livre en commande sur Internet chez l'imprimeur « The Book Edition » (Lille – 59).


Ce livret « Transnistrie – Le Poids des Empires » est devenu peu à peu une référence pour les étudiants s'intéressant à l'histoire de l'Europe de l'Est ou simplement de l'ex-URSS et, plus particulièrement de la Moldavie. Il est néanmoins facilement accessible pour tout public.


B.B.


Lien :

http://www.thebookedition.com/fr/transnistrie-le-poids-des-empires-p-66027.html


Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter