Web Page Creator

SEPTEMBRE 2017

Le déficit commercial et l’Euro

par Jacques SAPIR

Les derniers chiffres du commerce extérieur confirment ce que nous savions depuis des années. L’Euro est, pour la France, un piège mortel. L’accroissement récent du déficit commercial avec les autres pays montre bien la nature même de ce piège [1]. Le problème, ici n’est pas conjoncturel. Cela fait plus de 15 ans que le commerce extérieur de la France est régulièrement en déficit. Au-delà d’accidents qui peuvent être liés à la conjoncture, et qui peuvent accroitre ou diminuer ce déficit, la question de l’Euro doit donc être posée.

La publication de l’édition 2017 du External Sector Report du FMI a souligné ce problème [2]. Dans ce rapport, les économistes et les statisticiens du FMI calculent, par rapport à la balance courante mais aussi à la balance des capitaux, les écarts du taux de change réel (soit corrigé de l’inflation) entre les pays. 

On voit que cet écart est aujourd’hui dramatique entre l’Allemagne, dont la monnaie est largement sous-évaluée, et la France l’Italie et l’Espagne. Si l’Euro n’existait pas, les taux de change se seraient modifiés, à la hausse pour l’Allemagne, et à la baisse pour la France bien évidemment.

Ces résultats ne sont que la confirmation de ceux du même rapport de l’année précédente. Déjà, le External Sector Report 2016 montrait bien l’ampleur du problème [3].

IMF, External Sector Report 2016, Washington DC, Résultats tirés de la table p. 35

L’Euro provoquait un écart de change de 19 % à 23 % avec l’Allemagne. Ceci s’est aggravé en un an. Si l’on regarde les résultats de l’édition de 2017 de External Sector Report on constate d’ailleurs cette aggravation. L’écart entre la France et l’Allemagne, du à la rigidité de l’Euro, atteint désormais de 24 % à 28 %.

IMF, External Sector Report 2017,

Washington DC


Il est clair que l’Euro a abouti à un déséquilibre massif au niveau des taux de changes virtuels. Comme l’Euro a supprimé la possibilité de rééquilibrer les niveaux par des dépréciations et des appréciations de taux de change, il ne laisse que deux solutions : la dévaluation interne (ce que le gouvernement tente de faire) ou les transferts budgétaires dont on sait qu’ils sont impossibles politiquement. On constate aussi que les politiques visant à améliorer la compétitivité de nos entreprises en transférant une partie des charges sociales sur les impôts, ce que fait le CICE, ne fonctionne pas. Ces politiques se traduisent en réalité par des cadeaux fiscaux aux grandes entreprises, cadeaux qui sont immédiatement utilisés pour accroitre les dividendes des actionnaires.

On le constate donc à nouveau. La seule solution pour sauvegarder une industrie française et pour réduire le déficit commercial est une sortie de l’Euro. Le plus tôt sera le mieux.


J.S.


Notes : 


[1] http://www.lepoint.fr/economie/commerce-exterieur-la-degringolade-continue-11-08-2017-2149375_28.php


[2] Voir la note du 29 juillet sur RussEurope, https://russeurope.hypotheses.org/6180


[3] Ces deux rapports peuvent être consultés ici:

A – 01 – External sector report 2016 – copie : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2017/07/A-01-External-sector-report-2016-copie.pdf 

A – 01 – 2017-external-sector-report : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2017/07/A-01-2017-external-sector-report.pdf

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter