simple bootstrap web development software download

SEPTEMBRE 2016

La station balnéaire KdF des vingt milles à Prora (île de Rügen)

par Pascal TRAN-HUU

« Les muscles et les nerfs du Royaume sont le Peuple » 
Jean Alexandre Buchon (1791-1846)

L’organisation NS-Gemeinschaft Kraft durch Freude (La Force par la Joie) avait été fondée en novembre 1933 dans le cadre du Deutsche Arbeitsfront (front allemand du travail) pour encadrer les ouvriers allemands dans leurs loisirs. Organisation imposante et disposant de moyens considérables, KdF a notamment opéré une flotte de paquebots de croisière (qui serviront en 1944 à évacuer la Prusse Orientale et la Poméranie menacées par l’avancée de l’Armée Rouge), financé la construction d’une voiture populaire (Volkswagen) et fait construire la station balnéaire de Prora sur l’île de Rügen. Cette station devait être le prototype de quatre stations supplémentaires. Il s’agit d’un exemple d’architecture moderne sous le National-Socialisme mais, également, un témoignage important de l’histoire sociale du régime nazi.
Le 2 mai 1933, les syndicats sont dissous et fondus dans la seule organisation autorisée : le Deutsche Arbeitsfront (DAF) et la loi du 14 juillet 1933 (« Gesetz gegen die Neubildung von Parteien ») crée elle, de facto, un parti unique.
Le DAF n’avait pas pour objet de défendre les intérêts économiques ou sociaux des travailleurs, comme le fait un syndicat, mais, comme l’affirmait Adolf Hitler de former une communauté de travailleurs animée par le national-socialisme pour le plus grand bien de la Nation. (« Das Ziel der Deutschen Arbeitsfront ist die Bildung einer wirklichen Volks- und Leistungsgemeinschaft aller Deutschen. Sie hat dafür zu sorgen, dass jeder einzelne seinen Platz im wirtschaftlichen Leben der Nation in der geistigen und körperlichen Verfassung einnehmen kann, die ihn zur höchsten Leistung befähigt und damit den größten Nutzen für die Volksgemeinschaft gewährleistet»)
Le DAF, dirigé par Robert Ley, hérita des biens confisqués aux syndicats et à leurs membres grâce à quoi elle devint l’organisation de masse nazie la plus riche. L’obligation d’adhésion en fit, également, l’organisation la plus nombreuse.
Dans sa volonté de maintenir la paix sociale et inciter les travailleurs à adhérer à sa politique, le régime décida de fortifier les « nerfs du peuple » au travers de l’organisation « Force par la joie » (Kraft durch Freude), une des sections du DAF. Cette organisation reçue pour mission d’encadrer les travailleurs pendant leur temps libre et, de par son offre de loisirs, elle devint la section du DAF la plus populaire.
KdF prit la décision, sur ordre d’Hitler, de construire Prora, afin d’héberger les vacanciers sélectionnés par ses soins, et la première pierre fut posée le 2 mai 1936, jour anniversaire de « l’assaut contre les syndicats » (« Die Zerschlagung der freien Gewerkschaften »). D’une longueur d’environ 4,5 kilomètres, le complexe balnéaire de Prora a été conçu pour accueillir 20.000 vacanciers en même temps.

Construction en 1937

En 1939, le déclenchement de la guerre et le retrait progressif des ouvriers, appelés à construire le « Heeresversuchsanstalt Peenemünde » (HAP), mirent un terme aux travaux et le complexe resta inachevé. Le HAP était le centre où furent développé les « Vergeltungswaffen » plus connues sous les vocables de V-1 et V-2…
Les parties achevées servirent à l’instruction et à la formation de policiers ou des auxiliaires féminines de la Kriegsmarine.
L'opération Gomorrhe, campagne de sept raids aériens menés sur Hambourg entre le 25 juillet et le 3 août 1943 par les bombardiers des armées de l'air britannique et américaine, poussa beaucoup d’habitants de Hambourg à trouver refuge à Prora.
Pour mémoire, ce fut, avec le bombardement de Dresde, l'attaque aérienne la plus meurtrière en Europe, coûtant la vie à au moins 45 000 personnes.
L’architecture du centre décrit, à elle seule, les traits du régime nazi et, au-delà, les constantes inhérentes à une dictature.
Cet alignement sans fin, massif, répétitif, industriel, austère dans lequel tout retrait dans une sphère privée est quasi impossible et structuré autour d’une salle des fêtes conçue pour accueillir des manifestations de masse, crée une sorte de violence structurelle que n’adoucit pas la proximité de la Baltique.
Chaque chambre devait donner sur l’océan. De 5 mètres sur 2,5, elle devait compter deux lits, une armoire ou un placard, un évier et un haut-parleur qui devait diffuser les émissions de la radio du complexe ! Les toilettes et les douches étaient communes…
Aujourd’hui, nous trouvons effrayant ce type de projet, dû à l’architecte Clemens Klotz, mais il faut savoir qu’à l’Exposition Universelle de Paris en 1937, l’ensemble des plans pour le Prora reçut le Grand Prix de l’Architecture de Paris et bien des années plus tard Jacques Henri Labourdette et Roger Boileau construisirent le Grand Ensemble de Sarcelles qui, lui, est structuré autour d’un centre commercial. Tout un symbole…

P. T.-H.

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter