Mobirise

SEPTEMBRE 2016

Lettre ouverte à Jean-Luc MELENCHON

par Emmanuel LEROY

Mon cher Jean-Luc, cher camarade,


Toi aussi j’espère, bien que l’on ne se connaisse pas, tu me permettras de t’appeler ainsi au vu de notre vieux passé révolutionnaire, toi comme militant trotskyste et moi comme militant nationaliste.

Certes nos chemins sont fort différents et peut-être même nous sommes nous mis des coups de trique dans la gueule dans les années 70 dans une fac quelconque, lors d’un meeting à la Mutu ou lors d’un collage nocturne.

Je ne te surprendrai pas en te disant que le marxisme-léninisme n’a jamais été ma tasse de thé, surtout dans sa version trostkarde évidemment. Quoique, avec le recul du temps, là aussi, j’aurais tendance à devenir, non pas marxiste, mais marxien et cela pour la raison simple que je crois tout à fait nécessaire aujourd’hui de relancer la lutte des classes – ça devrait te faire plaisir - mais en la focalisant sur l’hyper classe mondiale que tu dénonces aussi si j’en crois ce que tu dis lorsque tu t’exprimes. 

Cela étant dit, tu faisais plutôt partie du courant lambertiste m’a-t-on dit, et donc nous avons un point commun toi et moi, c’est que nous avons été manipulés tous les deux pour faire de l’antibolchevisme primaire (là, il n’y a vraiment que les initiés qui vont comprendre !). J’ai mis un certain temps à prendre conscience que les mouvements politiques anti-communistes passablement agités que j’ai pu fréquenter à l’époque où tu militais à l’OCI (Organisation communiste internationaliste) sous le pseudo de « Santerre » étaient plus ou moins vérolés par des gens vendus au Système. Mais ce n’est pas parce que je te fais aujourd’hui l’aveu que les mouvements politiques dans lesquels j’ai milité étaient en fait destinés à faire de l’anticommunisme intégral au bénéfice des banques anglo-saxonnes qu’il faut te croire exonéré de tout reproche en ce domaine. 

En effet, si tu es un des nombreux héritiers du « groupe Lambert » avec Jospin, Cambadélis et beaucoup d’autres, que tu le veuilles ou non, tu as servi toi aussi la soupe, avec tes camarades, volens, nolens, aux intérêts anglo-saxons. Que je sache, la création de Force Ouvrière en 1947 et dont l’OCI a été largement partie prenante a bien été soutenue par la CIA (https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_communiste_internationaliste) pour contrer les bolchos staliniens de la CGT. 

Mais bon, on ne va pas ressortir les barres de fer pour régler ces questions-là, elles appartiennent largement au passé et si je t’en parle, c’est juste pour te montrer que toi comme moi, nous avons été largement manipulés, et par des gens qui suivent une logique de laquelle, si j’en crois une vieille interview où un journaliste belge t’interroge sur l’existence du Club Le Siècle, tu réponds en substance que tu n’en as jamais entendu parler. Bon, j’ai eu un peu de mal à te croire sur ce coup là, mais ce n’est pas ça le plus important. 

Ce qui me semble intéressant, c’est que malgré ton parcours d’agitateur trotskyste, puis d’éminence socialiste et maintenant de dirigeant (ex-dirigeant ?) du Parti de Gauche, certaines de tes diatribes politiques résonnent positivement à mes oreilles. Par exemple quand tu fustiges le projet de Traité transatlantique que concoctent les banques anglo-saxonnes et les néocons, quand tu critiques le manque de démocratie au Parlement européen, quand tu prends la défense de Julian Assange ou encore quand tu envisages la sortie de l’euro, ou que tu manifestes contre la loi El Khomri, tu me fais plaisir et nous sommes sur la même ligne. C’est déjà pas mal pour envisager une unité d’action à la base. Pour le sommet on verra plus tard.

Alors, tu vois Jean-Luc, c’est là que je voulais en venir. Je sais bien que l’on est aux antipodes sur le plan politique, que tout nous sépare dans nos parcours politiques respectifs, mais au crépuscule de notre vie, on peut se poser et faire un peu le point, chacun de son côté bien sûr, et se dire que si on a identifié les mêmes ennemis de la Nation - ça en tant que vieux républicain c’est encore un terme que tu peux entendre – on pourrait peut-être arrêter de se taper sur la gueule et travailler ensemble sur ce que l’on pourrait encore sauver dans notre cher et vieux pays. Il y a eu pendant la dernière guerre un truc épatant qui s’est appelé le CNR (Conseil National de la Résistance) dont tu te souviens certainement et qui ne comptait pas que des gaullistes et des communistes parmi ses membres. Il y avait à peu près tout l’échiquier politique français, y compris des cathos de droite comme Bidault ou Debu-Bridel. Et ne me parle pas de Pétain s’il te plait, sinon je te sors la liste des députés socialistes ou radicaux, éventuellement francs-maçons, qui ont voté pour lui en juin 40. 

Alors, je sais que tu dois te poser des questions sur ton plafond de verre à toi. Pourquoi, alors que tu es un excellent orateur, doté d’un réel charisme et d’un sens politique indéniable, tu ne dépasses pas les 12 % alors même que le PS, du fait de ses trahisons, est en pleine déconfiture ? 

Eh bien ? Tu veux que je te dise ? C’est que tu as tellement trempé dans l’internationalisme prolétarien et dans la croyance sanctifiée de la République que tu en as oublié le peuple de France. Toi qui fus professeur d’histoire, tu sais bien que la France n’est pas née en 1789, nom d’un chien ! Et le peuple de France il en a ras la casquette des banquiers, des politicards, des profiteurs, des médias menteurs et de l’immigration. Tu es parfait dans la dénonciation des quatre premiers mais tu oublies toujours le cinquième et donc tu apparais encore aux yeux de la majorité des Français comme un complice du Système que tu dénonces si bien par ailleurs. 

Alors, si tu veux un bon conseil pour exploser ton plafond de verre à la prochaine présidentielle, dénonce la collusion NPA/MEDEF, syndicats réformistes ou non et le conglomérat LR/PS/PC/EELV sur la question de l’immigration et là tu vas vraiment monter dans les enquêtes d’opinion. Tu crois que je te demande de te renier en devenant raciste ? Stopper l’immigration n’est pas un acte de racisme, c’est un acte de survie pour sauver le pays qui a inventé les droits de l’homme, et construit la cathédrale de Chartres, entre autres.


A bon entendeur, 

Salut.

Emmanuel Leroy

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter