Mobirise Web Page Generator

JUILLET-AOÛT 2016

Les différentes croix de guerre 39-45 en France

par Olivier MENUT

Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, le gouvernement français décide dès la fin septembre 1939, de créer une nouvelle croix de guerre selon les caractéristiques de celle de la Croix de guerre 1914-1918, afin de récompenser les combattants les plus méritants.
Cette croix de guerre, qui ne porte pas encore son millésime définitif, est une croix pattée en bronze florentin d’un module de 37 mm, à quatre branches, avec entre celles-ci deux épées croisées, pointes en haut.

La gravure de la croix de guerre 39-45 reprend le modèle du sculpteur Albert Bartholomé (1848-1928) qui réalisa le modèle définitif de la croix de guerre 14-18 instaurée par la loi du 8 avril 1915.

Sur l’avers de la médaille, dans un médaillon circulaire, l’effigie de la République coiffée d’un bonnet phrygien orné d’une couronne de laurier, est entourée par un anneau portant la légende « République Française ».

Sur le revers, les millésimes varieront selon les durées de la guerre pour finalement se fixer à 1939-1945.

On sait qu’il en fut de même pour le premier conflit mondial où chaque année, les avers de la croix de guerre 14-18 portèrent les millésimes 1914-1916, 1914-1917 et finalement 1914-1918.

Toutefois, si la croix de guerre 14-18 ne connut qu’un seul régime politique, celle de 39-45 connaitra plusieurs régimes et plusieurs chefs dont chacun mettra en place son propre modèle de Croix de guerre.

Tout d’abord le 1er modèle du gouvernement Daladier.

Puis le modèle de l’Etat Français (Maréchal Pétain) qui instaura également une croix de guerre pour la LVF qui se battit sur le front de l’Est.

En parallèle, le général de Gaulle chef de la France Libre et le général Giraud, chef de l’Armée d’Afrique créeront leur propre croix de guerre avec de très nombreuses variantes faute de moules et de rubans à disposition.

Enfin à la libération un modèle supprima tous les modèles antérieurs et instaura un seul et même modèle définitif qui est encore portable de nos jours bien que les titulaires se fassent de plus en plus rares.

Ceux sont ces différentes modèles que nous allons maintenant étudier.

« CROIX DALADIER » PAR DÉCRET-LOI DU 26 SEPTEMBRE 1939 


Edouard Daladier 1884-1970
Alors que la guerre vient d’éclater, Edouard Daladier, Président du Conseil de la France et ministre de la Guerre, ainsi qu’Albert Lebrun, Président de la III république française, instituent la croix de guerre par un décret-loi, le 26 septembre 1939, pour commémorer les citations individuelles pour fait de guerre. 

Daladier précise d’ailleurs, dans une instruction du 18 octobre 1939 : 

«  La Croix de guerre constitue une haute récompense, distinguant le chef et le soldat qui se sont signalés au feu, par une action d'éclat caractérisée. Le commandement doit lui maintenir tout son prestige et toute sa valeur morale, en veillant à ce qu'elle soit décernée judicieusement et sans abus.

Elle doit être attribuée uniquement pour faits d'armes et donc être réservée en principe aux combattants. Pour éviter les abus qui déprécieraient rapidement la valeur de la Croix de guerre, le commandement veillera à ce que cette récompense ne soit pas attribuée dans certaines unités avec trop de largesse par rapport à d'autres unités engagées dans des conditions analogues ».

Cette médaille reprend le modèle de la Croix de guerre 1914-1918 avec un avers représentant la tête de la République orné de lauriers, une l'inscription « République Française » et un revers, qui porte uniquement – à cette époque - la date de « 1939 ». Le ruban, lui, comporte une différence avec celui de 14-18 qui reprenait le ruban de la médaille de Sainte Hélène (1857). Le ruban de la « Croix Daladier » est un ruban rouge partagé par quatre bandes vertes.

Cependant, en 1940, la presse révélait le « scandale des croix de guerre » dû aux agissements et pratiques de certains chefs militaires ayant fui devant l'ennemi et cherchant, depuis l'armistice, à redorer leur piètre image par des faits d'armes fictifs entraînant l'attribution de la Croix de guerre à titre collectif. Par ailleurs, des généraux auraient donné des ordres pour que tout militaire restant porteur de son arme puisse être décoré de la Croix de guerre !

Ce désordre étant une insulte pour les authentiques ayants droit, le 11 novembre 1940, Pierre Héricourt, directeur de la Légion Française des Combattants, proposait une révision des citations décernées à compter de la date du 10 mai 1940. Un jury d'honneur, constitué par des officiers et d'anciens combattants, proposa que la croix instituée en 1939 soit supprimée et remplacée par un nouveau modèle.


Modèle de la croix d’origine avec le revers marqué 1939, miniature et dixmudes (barrette de tissus)


« CROIX DE VICHY » PAR DÉCRET DU 28 MARS 1941


Maréchal Philippe Pétain 1856-1951
Aussi, après l'armistice de juin 1940, le général Weygand, constatant un manque de respect des règles d'attribution de la croix de guerre 1939 et à la suite du scandale de l’attribution de certaines croix de guerre 39-45, demanda une révision de toutes les citations attribuées lors des combats de mai-juin 1940. 

Par décret du 28 mars 1941, le Gouvernement de Vichy décide alors de supprimer la Croix de guerre 1939 (dites Daladier) et d'en établir une nouvelle, accordée aux titulaires de l'ancienne après étude de leurs citations. La croix est identique, mais marquée 1939-1940 au revers, et porte désormais un ruban vert avec sept liserés noirs. C'est la croix de guerre dite « de Vichy ». Les couleurs vertes et noires rappelaient celles de la médaille commémorative de la guerre de 1870-1871 qui symbolisaient non seulement le deuil de la perte de l'Alsace et de la Lorraine, mais aussi l'espoir.

Le Décret du 28.03.41 abroge les articles 1 et 2 du décret-loi de 1939, et stipule qu'à compter du 1er juin 1941, la Croix de guerre instituée en 1939, ne devra plus être portée « sous peine de poursuites ». La révision des citations était également effectuée par une nouvelle commission. La nouvelle Croix de guerre dites de « Vichy » différait de la croix de 1939 sur les points suivants :

Le ruban était vert avec un liseré noir de 1,5 mm sur chaque bord et traversé par cinq raies verticales noires de 1,5 mm ;
Sur le revers était inscrit le millésime 1939-1940 avec parfois des variantes non officielles  1941, 1942, 1943, 1944, 1939-1941, 1939-1942, 1939-1943, 1939-1944.

Il a même existé dans cette version de la médaille, un modèle non officiel portant sur l’avers une francisque et la légende, entourant la francisque, « ÉTAT FRANÇAIS ». Toutes ces croix et leurs variantes seront supprimées par l’ordonnance du 7 janvier 1944 et interdites de port. Toutefois les titulaires se contentèrent parfois de simplement changer le ruban…

Modèle officiel de l’Etat-Français et modèle non officiel portant une francisque avec son ruban vert et noir significatif. La date au revers est 1939-1940. La barrette blanche et noir n’est qu’une décoloration du ruban.


« CROIX LVF » PAR LOI DU 18 JUILLET 1942



Général Edgard Puaud (1889-1945)
La LVF ou « Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme » est créé le 8 juillet 1941 par l’Etat Français (régime dit de « Vichy » du maréchal Pétain) juste après l’invasion de la Russie soviétique par les nazis. Ces français collaborationnistes s’engagent pour se battent à côté des allemands (et sous l’uniforme « feldgrau »). En 1942 une dizaine de ces combattants de la LVF reçoivent la Croix de fer de 2ème classe allemande en récompense des actions de combat de l’hiver 1941-1942 aux portes de Moscou. La France se doit elle aussi de récompenser ses soldats. Mais la LVF reste une association loi 1901 à caractères privée qui ne peut se voir décernés de décorations militaires de l’État français, même si elle sera déclarée d’utilité publique le 11 février 1943.

La loi du 18 juillet 1942 qui précise que les légionnaires sont susceptibles de se voir décerner des décorations françaises permet de réaliser une décoration équivalente à la Croix de guerre.

Les cinq premières Croix de guerre légionnaire sont décernées sans citations dans la cour d’honneur des Invalides à Paris, le 27 août 1942. Au départ, il n’était pas envisagé d’utiliser le système des citations mais par la suite, afin de marquer l’importance de cette décoration vis-à-vis de la Croix de guerre, les Croix de guerre légionnaire suivantes seront décernées avec le même système de citations que pour les Croix de guerre. La Croix de guerre légionnaire est une Croix de guerre dite de Vichy modifiée. Les deux épées croisées entre les branches sont limées et une couronne de vingt-quatre feuilles de laurier est ajoutée. Le centre représente, à l'avers, un aigle aux ailes déployées, un écusson avec le mot « FRANCE » broche sur l’aigle. Il porte, au revers l'inscription « CROIX DE GUERRE LEGIONNAIRE ».

La Croix de guerre légionnaire est suspendue à un ruban vert de 37 millimètres de largeur, partagé par sept bandes médianes noires de 1 millimètres chacune, séparées entre elles de 2mm 1/2 et disposé de manière à laisser deux bandes noires latérales de chacune 5 mm. L’attribution de la Croix du légionnaire cessera avec la dissolution de la LVF, le 20 novembre 1944 avec moins de 400 Croix attribuées. Cette Croix est supprimée par l’ordonnance du 28 octobre 1944. La croix s’inspirait de la Croix de guerre classique, mais différait de celle-ci sur les points suivants :

  • Son ruban était de couleur verte, traversé par sept fines raies verticales noires et liseré sur chaque bord par une large bande verticale noire ;
  • La croix ne portait pas entre les branches les deux épées et le médaillon central était entouré par une couronne de feuilles de laurier. Ce médaillon portait sur l’avers un aigle aux ailes déployées. Un écusson avec le mot France brochait sur l’aigle. A la base de l’écusson, quatre rayons partaient vers le bas. Au revers, l’inscription CROIX DE GUERRE LÉGIONNAIRE


Cette croix fut interdite de port et supprimée par l’ordonnance du 7 janvier 1944.


Modèles d’origine et copie actuelle


« CROIX GIRAUD » OU « CROIX D’ALGER » PAR DECISION DU 16 MARS 1943

A prés la « croix Daladier », et les croix de guerre de « Vichy », une croix de guerre fut également créée à Alger pour l’armée de terre d’Afrique, sur décision du général Henri Giraud, Commandant en chef de l’Afrique du Nord, en date du 16 mars 1943. Cette nouvelle version de la croix de guerre sera surnommée la « croix de guerre de l’armée Giraud », ou la « croix de guerre Giraud » ou même la « croix de guerre d’Alger », ville d’Algérie ou était installé le général Giraud. Près d’un millier de croix furent attribuées notamment pendant la campagne de Tunisie. Le modèle était différent de la croix de 1939 sur les points suivants :
Elle était portée à l’aide des rubans de la croix de 1914-1918 ou de la croix de 1939, réalisés plus ou moins grossièrement, avec parfois des teintes curieuses faute d’avoir les rubans d’origines. L’idée est toutefois de supprimer le ruban vert et noir de l’état Français, mais certains seront carrément bleu (au lieu de vert) et orange (au lieu de rouge) !
Sur l’avers, l’effigie de la République était remplacée par deux drapeaux tricolores croisés et sur le revers, le millésime 1943 remplaçait celui  1939.
Il y eut des fabrications de tissus de cette croix au Moyen Orient, en Afrique du Nord, aux Etats-Unis, en Angleterre et même en France en temps de guerre. Cela explique les différences de coloris de ruban dont certains sont franchement exotiques… Comme toutes les autres Croix de guerre, cette croix de guerre Giraud sera supprimée par l’ordonnance du 7 janvier 1944.

Différents modèles de la Croix de guerre Giraud, dont les rubans sont de différentes couleurs. On notera en bas à droite le ruban de cette « croix d’Alger », qui est en fait celui de la croix de guerre 14-18 !



«  CROIX DE LONDRES » DU 30 SEPTEMBRE 1943


Général Charles de Gaulle 1890-1970
Par ailleurs, la France Libre continue pendant la même période, d'attribuer le premier modèle de croix de guerre, conservant le ruban et la médaille, mais sans date au revers. C'est le modèle dit « de Londres ». Cette croix fut instaurée le 30 septembre 1942 par Décret N° 514 du général de Gaulle, chef de la France Libre. Une citation à l’ordre des Forces Françaises Libres était même matérialisée par une palme de vermeil.

On notera à cette occasion que la croix de guerre 1939-1945 est la seule de toutes les croix de guerre et assimilé (croix de guerre 14-18, croix de guerre TOE (Théâtres d’Opérations Extérieures), Croix de la valeur Militaire, médaille de la gendarmerie et médaille de la Défense Nationale d'or) à pourvoir porter sur son ruban une palme de vermeil.

Cette médaille porte également des étoiles ou des palmes selon le type de citation du récipiendaire, comme suit :
  • Une étoile de bronze pour une citation à l'ordre de la brigade, du régiment ou unité assimilée.
  • Une étoile d'argent pour une citation à l'ordre de la division.
  • Une étoile de vermeil pour une citation à l'ordre du corps d'armée.
  • Une palme de bronze en forme de branche de laurier pour une citation à l'ordre de l'armée.
  • Une palme d'argent en forme de branche de laurier remplace cinq palmes de bronze.
  • Une palme de vermeil en forme de branche de laurier pour une citation à l'ordre des Forces Françaises Libres ou à l'ordre de la Nation.

L’ordonnance du 7 janvier 1944 a repris ces dispositions en créera une citation à l’ordre de la Nation qui est encore attribuable de nos jours mais très exceptionnellement.

La plupart des modèles réalisé par la France Libre, seront des modèles dite de « pénurie » qui ne portait pas de gravure (et donc de date) au revers de la médaille. Ces modèles étaient réalisées localement et artisanalement sans les moules d’origine. Ils sont très rares et recherchés par les collectionneurs !

Avers et revers de modèles de pénurie faits en Angleterre se caractérisent par l’absence de gravure au revers de la croix



« MODÈLE OFFICIEL » DE L’ORDONNANCE DU 7 JANVIER 1944 DU CFLN

Enfin, à la Libération de la France, l’ordonnance du 7 janvier 1944 du COMITÉ FRANÇAIS DE LA LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.) interdira le port de la croix instituée sous Vichy ainsi que des modèles dit « Giraud » et naturellement les croix de guerre des LVF pour n’autoriser que le modèle de la croix du 26 septembre 1939 sur le revers de laquelle étaient gravés les millésimes du début et de la fin de la seconde guerre mondiale en France, soit : « 1939-1945 ».

On notera toutefois que la révision des citations faites par le gouvernement de l'État Français (régime de Vichy du maréchal Pétain) ne furent jamais remise en cause par le Comité. L’ordonnance institua également la citation à l'ordre de la Nation, matérialisée par une palme de vermeil et récompensant des cas particulièrement méritoires, tel que cela avait été imaginé par le général de Gaulle lorsqu’il était en Angleterre.

Les citations et la Croix de guerre 39-45 sont décernées comme en 1939, avec le même ruban et la même médaille. Cette décoration décorera tous les combattants de 1940, les combattants de la France Libre, les résistants, les déportés, ainsi que 1.585 villes, 86 départements et 161 formations ou régiments militaires. Les invalides cités pour blessure au combat, ont leur citation élevée à l’ordre de l’armée lorsque la Légion d’honneur ou la Médaille militaire leur est remise au titre de leur invalidité. En cas de décès de l’ayant droit, la croix de guerre était même remise, à titre de souvenir et sur leur demande, aux parents du défunt, dans l’ordre suivant : le fils aîné ou à défaut la fille aînée, la veuve, le père, la mère, le plus âgé des frères ou à défaut la plus âgée des sœurs et ainsi de suite, dans l’ordre successoral.

De la même manière que pour la grande guerre, la croix de guerre 1939-1945 a été attribuée, à tous les échelons, à de nombreuses villes et villages de France métropolitaine, d’Afrique du nord et des territoires d’outre-mer, pour leur participation directe par leur population à la Résistance ou pour les sacrifices supportés du fait de l’occupation ou des bombardements (blason ci-dessus pour Saint Lo en Normandie).

Bien que les croix de guerre 39-45 soient désormais toutes les mêmes, on notera toutefois des différences dans les finesses du trait de la Marianne à l’avers de la croix


Par la suite le décret du 28 janvier 1954, décidera que la croix de guerre 1939-1945 pourra être décernée aux ressortissants français qui ont obtenu, après assentiment du gouvernement, une ou plusieurs décorations étrangères accompagnées d’un texte de citation rappelant leur comportement remarqué au cours des opérations 1939-1945. 

Ces dispositions ne peuvent toutefois être appliquées, aux bénéficiaires :

  • Déjà titulaires de la croix de guerre pour les mêmes motifs que ceux ayant déterminé l’attribution des distinctions honorifiques étrangères susvisées ;
  • Ayant obtenu celles-ci alors qu’ils servaient, par contrat, dans une formation alliée.

En règle générale, la croix de guerre 1939-1945 n’est plus attribuée depuis le 1er août 1956, mais elle peut être encore remise dans le cas particulier des évadés qui reçoivent la Médaille des Évadés accompagnée d’une citation. Par ailleurs, s'ils n’ont pas déjà été cités pour leur participation à ces combats, les anciens combattants présents à la bataille de Bir-Hakeim (mai-juin 1942) peuvent, sur leur demande, recevoir actuellement la croix de guerre 1939-1945.

Croix de guerre 39-45 en ordonnances (grande taille), en ruban ou en réductions (taille réduite)


L’on dénombrera pour la seconde guerre mondiale, un total d’environ 250.000 citations, dont de nombreuses qui furent décernées à titre posthume. A titre de comparaison, la Croix de guerre 14-18 fut attribuée en 2.055.000 exemplaires selon le Ministère de la Guerre au 1er mars 1920, mais ce chiffre ne tenait pas compte des citations à titre posthume et des croix de guerre avec palme accompagnant d'office la Légion d'honneur et la Médaille militaire. Enfin, on rappellera qu’il est toujours possible d’engager de nos jours une procédure d’homologation ou de régularisation d’une citation, dans la mesure où le demandeur est en possession de documents administratifs probants et lui permettant de prouver de manière incontestable le bien-fondé de sa demande. Les titulaires peuvent ensuite adhérer à l'Association nationale des Croix de guerre et de la Valeur militaire, dont le siège social est situé à l'Hôtel national des Invalides à Paris (France).

O.M.

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter