mobirise.com

JUILLET-AOÛT 2016

La 22ème année de l’ère Heisei ou le retour du Japon

par Pascal TRAN-HUU

Le 6 août 2013 (date symbolique), la marine japonaise a dévoilé l’Izumo, premier porte-hélicoptères de la classe 22DDH, bâtiment qui est entré en service en mars 2015. Le chiffre 22 ne fait pas référence à un tonnage, une largeur ou une quelconque longueur mais à la 22e année de l’ère Heisei1. C’est, en effet, le 31 août 2009 que le ministère de la défense a demandé que soit inscrit, dans le budget 20102, un peu moins de 114 milliards de yens pour construire un porte-hélicoptères afin de pallier le retrait d’unités du même type. La raison invoquée était de renforcer la sécurité du transport maritime en améliorant la capacité de lutte anti-sous-marine. Pour la marine japonaise, ce nouveau bâtiment doit avoir la capacité de conduire des opérations aériennes dans ce type de lutte. De plus, le gabarit des bâtiments de la classe 22DDH doit leur permettre d’assurer le transport des matériels et équipements nécessaires pour participer à une opération de maintien de la paix ou à des opérations humanitaires. Trois ans après, le premier bâtiment de cette classe était donc lancé et mis en service, en 2015, sous le nom d’IZUMO (DDH183) suivra le KAGA (DDH184).

Forces d'autodéfense du Japon (FADJ) à Djibouti
L’Izumo et le Kaga sont officiellement des destroyers porte-hélicoptères. Mais ils seraient également en mesure d’embarquer les nouveaux avions de combat de type F-35B à décollage et atterrissage vertical à l’instar des porte-hélicoptères de l’US Navy comme semblent le montrer les caractéristiques de ces bâtiments. En effet, le DDH183, comme le DDH184, a une longueur équivalente à celle du porte-aéronefs italien CAVOUR3 soit 244 mètres, à comparer au 262 mètres du porte-avion français, or l’article 9 de la Constitution japonaise4 interdit les armes offensives ce qui avait conduit le gouvernement japonais, en 1988, à déclarer5 : « Parce que les porte-avions offensifs dépassent le potentiel de guerre nécessaire pour assurer un niveau minimum d’autodéfense, la possession de ces navires est interdite par la Constitution. ». Mais depuis, la donne a un petit peu changé. Yasuhiro NAKASONE6, dans la 40e édition du Livre blanc pour la défense du Japon7 constatait que « The 20th century was a century of war. The 21st century must not repeat this tragedy. At present, the global situation is at a major turning point, and the security situation is in a state of chaos. » Face à la modernisation, le renforcement des armées des pays limitrophes, les Etats-Unis qui doivent, pourtant, faire face à une situation budgétaire contrainte est en train de renforcer sa présence dans la région.
Conscient de ses responsabilités internationales, le Japon participe à de nombreuses opérations militaires comme dans la Corne de l’Afrique ou en Irak et du changement de la situation régionale, le gouvernement japonais a demandé, dès 2007, à un comité de « Sages » d’étudier la façon de restaurer/reconstruire la sécurité du Japon sur des bases légales (Advisory Panel on Reconstruction of the Legal Basis for Security)8.
L’une des recommandations du APRLB est de changer l’interprétation que l’on fait de l’article 9 pour autoriser le Japon à intervenir si un des pays alliés est attaqué sous réserve d’un mandat international (« The provisions should be interpreted as not prohibiting the use of force for the purpose of self-defense, nor imposing any constitutional restrictions on activities that are consistent with international law, such as participation in U.N. PKOs etc. and collective security measures. »). Bien que ce rapport suscite des débats passionnés9, le ministère de la défense a pris en compte depuis quelques années, comme en témoignent les différents livres blancs, cette possibilité en lançant des programmes comme celui des porte-hélicoptères de la classe IZUMO. S’agit-il, pour autant, d’un retour du militarisme japonais ? Je ne le pense pas. La Constitution japonaise a été adoptée, en 1946, après une relecture des Américains qui l’on fait, parfois, surnommée la « Constitution Mc Arthur »10. La première mouture de la Constitution avait été rédigée par la Commission Matsumoto11. La jugeant comme trop proche de l’ancienne Constitution qui donnait tous les pouvoirs à l’Empereur, Mac Arthur ordonna à un « Comité constitutionnel » secret de rédiger un projet de Constitution12 sous les ordres d’officiers juristes (le Colonel Charles Kades, Lt. Col. Milo Rowell, et le Commandant Alfred Hussey). Ce projet servi de base à celle entrée en vigueur en 1947. Cette nouvelle constitution, rédigée dans un contexte d’après-guerre résumé, au moins pour le Japon, par la locution latine « Vae Victis » interdisait le réarmement.
En 1951, des représentants d'une quarantaine de pays sont réunis à San Francisco13 pour discuter des modalités d'un traité qui permettra au Japon de retrouver sa pleine souveraineté. Pomme de discorde au cours de cette réunion, la question d'un réarmement mineur du Japon, même pour assurer la sécurité de son territoire, entraîne de vives protestations de la part de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et d'autres pays du bloc de l'Est qui s'y opposent (la Chine communiste n'a pas été invitée à la conférence). 
En fin de compte, l'URSS ne fera pas partie des 48 pays signataires du traité de paix redonnant son indépendance au Japon et mettant un terme à ses prétentions sur la Corée, Taïwan, les îles Kouriles et Sakhaline et d'autres anciennes possessions. Les dispositions du traité entreront en vigueur le 28 avril 1952. Présent à la conférence, le premier ministre Shigeru Yoshida conclut également un accord bilatéral avec les États-Unis permettant le stationnement de troupes américaines sur le territoire japonais. Les Américains qui, en 1946, refusaient le réarmement du Japon, l’accordaient en 1952… l’arrivée de la classe 22DDH est-elle, plutôt dans ce contexte, les prémisses d’un retour vers la pleine souveraineté du Japon ?

P.T.-H.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_Heisei 

2http://www.mod.go.jp/e/d_budget/pdf/220416.pdf 

3http://fr.wikipedia.org/wiki/Cavour_%28porte-a%C3%A9ronefs%29 

4http://japan.kantei.go.jp/constitution_and_government_of_japan/constitution_e.html 

5https://www.questia.com/library/journal/1G1-249135994/future-relations-between-the-united-states-and-japan 

6http://fr.wikipedia.org/wiki/Yasuhiro_Nakasone 

7http://www.mod.go.jp/e/publ/w_paper/2014.html 

8http://www.kantei.go.jp/jp/singi/anzenhosyou2/dai7/houkoku_en.pdf 

9http://ajw.asahi.com/tag/Advisory Panel on Reconstruction of the Legal Basis for Security  

10http://afe.easia.columbia.edu/special/japan_1950_usjapan.htm 

11http://en.wikipedia.org/wiki/J%C5%8Dji_Matsumoto 

12http://www.ndl.go.jp/constitution/e/shiryo/03/076a_e/076a_etx.html 

13https://www.youtube.com/watch?v=o8gW4bN-WrE#t=16

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter