mobirise.com

FÉVRIER 2017

L’OSCE, complice de l’offensive ukrainienne dans le Donbass

par Karine BECHET-GOLOVKO

Il a fallu beaucoup insisté pour que l'OSCE finisse par reconnaître la présence de tanks ukrainiens à Adveevka, en violation des accords de Minsk. Ce qui n'empêche pas l'Ukraine de tranquillement continuer son offensive dans le silence complice de l'Occident.

L'OSCE est censé assurer le monitoring du cessez-le-feu dans le Donbass et notamment de bien vérifier que l'artillerie lourde, les tanks et blindés sont rangés au garage loin de la ligne de front, que les troupes n'investissent pas la zone tampon démilitarisée.

Or, sort une photo, prise par des journalistes de la BBC le 1er février qui accompagnent cette mission d'observation de l'OSCE à Adveeevka, zone démilitarisée. Et l'on y voit des véhicules de l'OSCE, des tanks ukrainiens et tout ce petit monde tranquillement en train de discuter. Etrangement, à ce moment-là, l'on ne voit pas de rapport journalier publié sur le site de cette mission. 

L'OSCE regarde les tanks ukrainiens à Avdeevka


Il semblerait que les tanks soient nombreux sur la ligne de front. Selon les données du renseignement de DNR, il y aurait 10 compagnies de l'armée de terre, 15 tanks, 20 blindés et 16 mortiers automoteurs. Cela fait beaucoup de monde pour une trêve.

Evidemment, Kiev a nié la présence de tanks sur la ligne de front, accusant la Russie d'être à l'origine de l'escalade du conflit.

Après beaucoup d'insistance de la part et du ministère des affaires étrangères russes et de la presse russe, la mission de l'OSCE a fini par reconnaître à contre coeur la violation par l'Ukraine, et évidemment par les combattants du Donbass qui répondent, des accords de Minsk et la présence de tanks T-64 sur la ligne de front.

Le conflit s'est intensifié et les données concernant des victimes civiles et la destruction d'ouvrages civils augmentent. C'est à ce moment que des habitants de Donetsk ont filmé trois véhicules de l'OSCE en train de quitter précipitamment les lieux, ils observeront de plus loin…

La fuite de l'OSCE le 2 février de Donetsk est compréhensible, lorsque l'on sait que l'armée ukrainienne a intensifié ses bombardements de la ville dans la nuit du 3. Heureusement, des quartiers exposés ont été évacués. 

Pour sa part, le Comité d'enquête russe a ouvert une enquête pénale suite au décès de civils, aux blessures subies par des journalistes russes et à la destruction d'ouvrages non militaires à Donetsk suite aux bombardements de l'armée ukrainienne dans la période du 1er au 3 février. Selon le porte-parole, les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité qui y sont perpétrés par l'armée ukrainienne sont imprescriptibles, le rassemblement des preuves pourra servir. 

Le nombre des victimes doit encore être précisé. Il y aurait, ces deux derniers jours, suite aux bombardements de certains quartiers de Donetsk, de Iacinovataya et de Makeevka, 3 morts, 15 blessés hospitalisés et plus de 60 maisons touchées. 

Il semblerait que le sort de ces gens n'inquiète pas trop la communauté internationale. Ce qui permet au ministre de la défense d'Ukraine de tranquillement déclarer que « pas à pas, mètre à mètre, nos gars, héroïquement, avancent ».

Donc l'Ukraine reconnaît officiellement mener une offensive sur le Donbass, en violation des accords de Minsk et dans l'indifférence complice générale.

K. B.-G.

Partager cette page

S'abonner à « Sans Frontières »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter